logo auberge BY AXIS  

Marseille | Lyon | Paris | Lille | Toulouse | Aix en provence | Montpellier

 
// AGENCE DE LYON / contact@grand-lyon-colocation.com English
 
Vous recherchez plutôt un Studio ou un T2 meublés découvrez hiflat
 


Les Quartiers de Lyon

Le vieux Lyon


Le Vieux-Lyon a été classé au patrimoine Mondial par l’Unesco en 1999.

Il est situé en bordure de Saône. Ce quartier est l'habitat d'origine des canuts, avant qu'ils ne se déplacent vers la Croix Rousse pour pouvoir y loger leurs nouveaux métiers Jacquard nécessitant des plafonds hauts de plus de quatre mètres. C'est également le quartier le plus touristique de Lyon. Son artère principale est la rue Saint-Jean, traversant le quartier jusqu'au quartier Saint-Paul. Elle comporte de nombreuses curiosités architecturales, en particulier les traboules. On y trouvera de très belles cours intérieures, souvent insoupçonnées et conservant leurs caractéristiques médiévales. Quartier essentiellement piéton, il permet d'agréables balades.
Ce quartier est le deuxième plus vaste ensemble Renaissance d’Europe. En 1960, le Vieux Lyon était en triste état : de nombreux bâtiments étaient en péril et des projets d'urbanisme prévoyaient destructions et mutilations. Grâce à l'action conjuguée de l'Etat (André Malraux était alors Ministre de la Culture), d'une association : la Renaissance du Vieux Lyon, et de la Ville, le Vieux Lyon fut le premier quartier français "secteur sauvegardé" en 1964.
Depuis cette date, les deux tiers des immeubles ont retrouvé une nouvelle jeunesse, des logements ont été restaurés, et la mixité sociale a été préservée dans le quartier. Ce vaste ensemble Renaissance abrite de magnifiques édifices témoins de la richesse architecturale de cette époque.

Le quartier du Vieux-Lyon se situe au pied des pentes de la colline de Fourvière et s’organise autour de trois édifices religieux :

  • La cathédrale Saint Jean qui fût construite entre le XIIème et le XIVème. Mélange de styles, le cœur est Roman et la façade Gothique ! À ne pas manquer dans le transept nord : l’horloge astronomique, bijou de technique dont le mécanisme, le plus ancien de France, date du XVIe siècle
  • La ravissante église romane Saint-Paul avec son clocher octogonal et ses fresques d'anges musiciens datés de 1480.
  • L’église Saint Georges construite au XIXe par Bossan, également architecte de la basilique de Fourvière

 

 

 

 

FOURVIERE

La colline de Fourvière est le véritable berceau historique de la ville. En effet, c’est à cet endroit que les légions romaines sont venues fonder la ville en 43 et l’ont choisi pour implanter la cité Lugdunum. Le forum vetus, ou vieux forum, donnera le nom de Fourvière au Moyen Âge. cette colline est symbolisé par la basilique qui porte son nom.
Au début cœur de la ville romaine, la colline est progressivement délaissée au profit des bords de Saône. Devenue « la colline qui prie » (voir notre la rubrique croix rousse), elle est aujourd’hui en grande partie occupée par des congrégations religieuses, ainsi que par l’archevêché. Très verdoyante grâce aux nombreux parcs qui la couvrent, dont le parc des hauteurs, elle est un lieu de promenade prisé des Lyonnais.

Plus au sud, le quartier de Saint Just vit dans une paisible tranquillité. Un peu à l’écart de la ville, il garde son histoire secrète. Construit autour d’une importante abbaye, il s’est progressivement développé jusqu’à rejoindre Lyon. Méconnu, il offre au regard des visiteurs le caractère pittoresque de ses ruelles médiévales et de multiples panoramas sur la ville. À son sommet, l’église Saint Irénée, se trouve à l’emplacement d’une nécropole gallo-romaine, comme en témoignent les sarcophages disposés tout autour. Construite au XIXe siècle, elle abrite une crypte carolingienne dans laquelle se trouvent les tombeaux de plusieurs martyrs lyonnais et celui de Saint Irénée.

Près de deux millions de visiteurs « montent » chaque année à Fourvière, d’où ils découvrent un panorama unique qui va de Lyon au Mont Blanc. Ils en font ainsi l’un des sanctuaires et des sites touristiques les plus fréquentés de France. La basilique fait partie du site lyonnais inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

PART DIEU

Le quartier de la part Dieu est le second centre ville de Lyon après celui de la Presqu’île.
Ce quartier se caractérise par une architecture relativement homogène dont l'un des éléments les plus connus est la Tour du Crédit Lyonnais, qui a donné son nom au quartier. Elle est aussi appelée le Crayon à cause de sa forme (165 mètres pour 42 étages) et se situe aux abords d’un centre commercial. Bâtie de 1972 à 1977, elle constitue l’unique gratte ciel de Lyon et est l'ouvrage du cabinet américain Araldo Cossutta & Associates. Un restaurant panoramique se situe au 32e étage de la tour. Je vous invite à vous y rendre, la vue est formidable !

Les terrains constituant actuellement le quartier de la Part-Dieu furent longtemps composés de champs et de terrains insalubres soumis aux inondations du Rhône. Ce site portait déjà au moyen âge ce nom qui signifie la propriété de dieu.
Ce n’est qu’au XIXe siècle que cette partie fut reliée à la presqu’île grâce à la construction de ponts. A la même époque la commune de la Guillotière est rattachée à Lyon.
En 1926, la municipalité de Lyon qui souhaitait récupérer les terrains pour y construire un nouveau quartier, organisa un concours d'architecture, dont le projet lauréat prévoyait l'édification de deux tours; projet qui ne vit jamais le jour. Après les inondations de 1956, le quartier est assaini et une nouvelle classe sociale s’installe constituée de classes moyennes.
Il faut attendre 1957 pour que le ministère de la Défense vende ses terrains à la ville de Lyon. A partir de 1968 la ville décide d'aménager ce quartier afin d'en faire un centre régional de décision. Des édifices publics s'y implantent (l'Hôtel de la Communauté urbaine de Lyon) ainsi qu'un centre commercial, des bureaux, hôtels, quelques logements, et des équipements culturels :

Actuellement, des travaux de restructuration du quartier sont mis en œuvre dans l'objectif de donner à ce quartier d'affaires une véritable dimension européenne. Actuellement le centre de la Part Dieu de Lyon concentre 500 000m² de bureaux, 20 000 emplois, 1 000 chambres d'hôtels et de nombreux services.

CROIX ROUSSE

La Croix Rousse, « colline qui travaille » en opposition à Fourvière « colline qui prie » a été bâtie au début du XIXe siècle sur des terrains qui appartenaient aux communautés religieuses. Depuis 1999, les pentes de la Croix Rousse font partie du territoire classé au patrimoine Mondial par l’Unesco.
Aujourd'hui encore, la Croix Rousse est un quartier à l'urbanisme singulier, marqué à la fois par sa géographie (les pentes), par son histoire (traboules, immeubles prévus pour héberger les métiers à tisser) et par sa très forte densité : le nombres d’habitants au mètre carré est l’un des plus importants d’Europe.

Les pentes de la Croix Rousse (1er arrondissement) s'étalent depuis la place des Terreaux jusqu'au plateau. L’une des voies d’accès à la Croix Rousse depuis Lyon est la montée de la Grande Côte. Celle ci est bordée de maisons datant du Moyen Age et conserve dans sa partie basse la physionomie qu’elle avait au XIXème siècle. La partie haute fait l’objet d’une opération de rénovation urbaine importante.

Le quartier a hérité d'une forte culture syndicale et associative issue de l'industrie textile, qui employait les canuts. L’architecture du quartier a été fortement marquée par la présence de ces tisserands pauvres du XIXème siècle qui travaillaient en famille pour des fabricants qui leur passaient commande et leur fournissait le fil de soie. Les rues sont étroites et souvent reliées entre elles par des traboules. La densité importante est renforcée par l'architecture des immeubles dont les appartements sont très hauts sous plafond. Lorsque les canuts s'installent à la Croix Rousse au début du XIXe siècle, on construit dans les rues étroites de hauts immeubles pour y installer les métiers Jacquard qui font 3,9 m de haut. L'appartement du canut lui sert à la fois de logement et d'atelier. Dans les années 1880, sous la pression du progrès industriel, les canuts disparaissent.
Lieu de découverte, animé par l'esprit de la Croix Rousse, la Maison des Canuts a vocation de maintenir les traditions, les usages, les coutumes et les gestes de ces tisseurs qui contribuèrent à établir la renommée de Lyon et de la soierie dans le monde
Je vous invite également à aller voir l’excellent site des traboules de Lyon, vous y trouverez le plan et les caractéristiques majeurs des 230 traboules de Lyon.
Les Traboules (en latin Trans Amulare, c’est à dire aller de travers) sont seulement utilisées dans la région lyonnaise. On communique d'une rue à l'autre en traversant des ensembles d'immeubles par des allées et des cours. L'une des traboules les plus célèbres de Lyon permet de passer du 9 de la place Colbert au 14 bis de la montée de Saint-Sébastien ou au 29 rue Imbert-Colomès. Elle permet surtout d'admirer la cour des Voraces ou maison de la République qui fut le refuge historique des canuts pendant les révoltes de 1831, 1834 puis 1848. De manière plus anecdotique c'est aussi de là que part en 1840 le mouvement de révolte des canuts contre la réduction par les cabaretiers du volume du pot lyonnais !

Le plateau (4e arrondissement), comme son nom l'indique, est un plateau qui part depuis le boulevard de la Croix Rousse jusqu'aux confins de Caluire-et-Cuire. Un des symboles de ce quartier situé au bout du boulevard de la Croix Rousse n'est autre qu'un imposant bloc de pierre découvert dans la moraine glacière des Dombes, et qui fut placé à cet endroit pour l'inauguration de la "ficelle" en 1891, la ficelle étant le nom du funiculaire Lyonnais.
L'histoire retiendra d’ailleurs que c'est à Lyon en 1862 que circula le premier chemin de fer à traction funiculaire du monde. Du fait de sa topographie tourmentée, la ville posséda jusqu'à cinq lignes de funiculaires reliant les bas quartiers de Lyon à ceux des collines de Fourvière et de la Croix Rousse. Aujourd'hui, seules deux lignes restent ouvertes à l'exploitation

Nous vous invitons à aller voir dans ce quartier les différents points d’attractions suivants :

 

  • L’amphithéâtre des Trois Gaules, témoin de l’occupation romaine dans ce quartier et construit vers 19 ap. J.C. est le plus ancien des amphithéâtres gallo-romains. De taille modeste à l'origine (80 par 60 m) avec une capacité de 1 800 places il fut porté à 20.000 places sous l'empereur Hadrien.
  • Le Grenier d’Abondance, édifié en 1720 pour stocker le blé nécessaire à la consommation des lyonnais abrite aujourd’hui la Direction Régionale des Affaires Culturelles.
  • Les Subsistances, ancien couvent de Ste Marie (dont les chaînes datent du XVIIè siècle) a été réhabilité et transformé en lieu de création artistique.
  • La résidence Villemanzy, ancien monastère des dames de Ste-Elisabeth, puis caserne et hôpital militaire transformé en 1988 en résidence pour chercheurs étrangers, offre un magnifique point de vue sur le Rhône.

 

GERLAND

Situé le long du Rhône, au sud-ouest de la ville, Gerland est un quartier qui couvre les 2/3 de la superficie du 7ème arrondissement.

Le quartier, délimité au nord et à l'est par les voies de chemins de fer, était autrefois appelé La Mouche, mais cette expression est peu utilisée de nos jours. Le quartier est marqué tout au long de son histoire par de fortes mutations urbaines qui font aujourd'hui, la spécificité remarquable de ce site.

Au XIXe siècle une fois cette zone marécageuse complètement assainie et le Rhône contrôlé, la place libérée a été propice à l’implantation d’une certaine activité artisanale puis au développement par la suite de manufactures plus importantes. Ce n’est qu’au XXe siècle que la véritable expansion du quartier se produisit avec l’arrivée des industries chimiques et la construction d’un pont : le pont Edouard Herriot.
On y construisit parallèlement de nombreuses cités et logements ouvriers

Le début du XXIe siècle voit l'arrivée de l'École normale supérieure lettres et sciences humaines (Déménagement de l'ENS Fontenay-Saint Cloud en 2000), ainsi que de nombreux logements et commerces et un grand parc urbain. Gerland est relié à La Part-Dieu par la ligne B du métro. En 2001 une annexe de l'université Claude Bernard Lyon 1 s'installe le long de l'avenue Tony Garnier, avenue sur laquelle se concentrent depuis une dizaine d'années, bureaux et laboratoires dans le cadre de la création d'un Technopôle centré autour d'activités liées au Sciences de la vie.

La principale attraction de ce quartier de Lyon est la halle Tony Garnier, qui abritait autrefois le marché aux bestiaux de Lyon.
Sa superficie de 17.000 m² équivaut à pas moins de deux terrains de football mis bout à bout, et, prouesse technique, la charpente métallique de son édifice est d'un seul tenant, c’est à dire sans pilier central. La particularité de la Halle Tony Garnier, est sa modularité en fonction du nombre de spectateurs. La salle peut ainsi accueillir de 5000 à 20 000 personnes (assis et de bouts confondus).

 

CONFLUENT

Le confluent est un quartier de Lyon situé tout au sud de la presque ‘île de Lyon, juste après la gare de Perrache.

Ce quartier est occupé majoritairement par des entrepôts, une ancienne gare de triage, un ancien port industriel et l’imposant marché d’intérêt national dit marché gare. On y retrouve également plus au nord la patinoire Charlemagne et la Prison Paul-Saint Joseph.

Le quartier du Confluent est un quartier traditionnellement peu apprécié des lyonnais. Bien que situé sur la presqu'île, c'est à dire à deux pas du cœur historique de Lyon, la coupure matérialisée par la voie ferrée, puis par l'autoroute l'a isolé du reste de la ville. Ce quartier est un quartier relativement pauvre, repère de la prostitution Lyonnaise et de l’habitation bon marché.

Sur le plan Touristique il n’y a rien à voir, se ce n’est que qu’il existe un projet qui inclue un vaste programme de logements, bureaux et centre commercial qui devrait s'étendre sur 150 hectares. Un musée est en projet sur le site de la pointe de la Presqu'île. Synonyme du changement, le tout a été relié récemmentà la ville par une prolongation d’une ligne de tramway.









comment reserver?

Nous sommes à la recherche de grands logements
dans votre ville.
Si vous disposez d'un grand appartement contactez-nous
et profitez de notre formule de gestion novatrice.
Pour en savoir plus, contactez nous au 06 68 17 32 33.

L'auberge, l'agence de colocation vient d'ouvrir
à AIX en Provence! Pour plus de renseignements
RDV sur : www.colocation-aix.com

Ouverture en septembre de l'Auberge à Montpellier
www.montpellier-colocation.com
comment reserver?